Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 17:52

Yeshoua HaMashiah ou Jésus le Christ ?

 

“ Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche.”                (Apocalypse 1:3)

 

- « Plus le temps passe et plus je m’éloigne de jésus pour me rapprocher de Yeshoua… ».

Je me souviens encore très bien des crucifix que ma grand mère accrochée un peut partout dans la maison, ces objets étaient pour moi symbole de mort et de tristesse ; étant donnés qu’ils jalonnaient les allées des cimetières. Paradoxalement, le personnage figurant sur cette croix était sensé personnifier Dieu, Dieu qui est Amour et joie. Pourtant ce Dieu était représenté mort ! Était-il si dangereux que ça qu’il eût fallu l’éliminer ? La mort avait elle vaincu le Bien, fallait-il se résoudre au malheur ? Fallait-il absolument souffrir pour vivre normalement ? Voila, entre autres, les questions que je me posais. L’église romaine que je fréquentais alors était bien incapable d’y répondre. La voie dans l’laquelle je m’étais plus ou moins engagée et l’idée que je me faisais à l’époque de ce que j’appelais encore le christianisme, ne me convenaient pas. Dans mon esprit, Dieu était différent de ce que l’on voulait bien me faire croire ; tout cela sonnait faux. Il m’aura alors fallut attendre encore quelques années avant de trouver des débuts de réponse.

- A une certaine époque, j’ai fréquenté des personnes qui étudiaient la Bible. Le sectarisme avéré de ces gens ne les empêchaient pas d’avoir une vision assez juste et parfois même excessive de la parole de Dieu. Cela m’a permis de comprendre certaines choses et d’en confirmer d’autres. Il était évident que le catholicisme romain était aux antipodes de la Parole Vivante de Dieu. La religion catholique et tous les mouvements qui en découle ne sont qu’un mélange de tradition, de coutume et de mythes païens que l’on a christianisé, ceci afin de réunir le plus de fideles possibles sans trop choquer les uns aux détriments des autres et surtout, d’en détourner le plus possible de la Vérité !

Mais le plus grave dans cette histoire c’est que plus l’on s’engage sur cette voie, plus l’on se sépare de Dieu et du salut qu’il veut nous offrir. A certaines époques dites du réveil, un sursaut c’est fait sentir parmi certains révisionnistes protestataires, mais, malheureusement ceux là ne sont pas allés jusqu’au bout de la Reforme et n’ont pas fait ce qu’ils auraient dut faire. Hélas, la forme à changée mais pas le fond.

 

“ En ce jour-là, dit l’Eternel des armées, J’exterminerai du pays les noms des idoles, Afin qu’on ne s’en souvienne plus ; J’ôterai aussi du pays les prophètes et l’esprit d’impureté” (Zacharie 13:2 )

 

- Le but de mon message n’est pas de faire le procès de ces “églises” mais démontrer aux personnes qui soutiennent et profites de ces “fausses religions” qu’elles se trompent et surtout trompent les autres. Même si Dieu tolère et conçoit un temps d’ignorance celas ne doit pas être un prétexte au laxisme et penser que la grâce de Dieu peut suffire à couvrir l’iniquité.

Dix sept siècles de mensonges et de faux enseignements ont suffit à faire perdre aux hommes tout sens critique et moral au profit d’une théorie de substitution et de remplacement. Il a été facile alors à une époque ou le mysticisme et l’idolâtrie étaient monnaie courante parmi les peuples, de faire cohabiter paganisme et christianisme ensemble. Cela était autant aisé car Rome, en grand conquérant et chef spirituel de cette partie du monde, avait réussi à diviser le peuple juif et surtout l’affaiblir par de nombreux massacres, et jusqu’à la destruction de son temple. Malgré tout, la foi en Yeshoua (que les nations appellent Jésus) d’un grand nombre, ne fut pas ébranlée. Mais, sous le poids de la ruse, par les conversions massives au christianisme de leurs ennemis, les véritables croyants héritiers de Paul et des autres apôtres, témoins de notre Seigneur Yeshoua, furent vite submergés par cette nouvelle vague et durent soient resté ou partir.

 Ensuite, par la conversion au christianisme en 337 de l’empereur Constantin, grand adorateur du soleil, une nouvelle religion vit peut à peut le jour : le Catholicisme Romain ou église Catholique. Littéralement ‘’ Religion universelle’’, mélange de paganisme, d’idolâtrie, basée sur des conciles et des dogmes douteux et des doctrines d’homme. Elle c’est substituée à la véritable Église Messianique, corps du Messie Yeshoua. L’église catholique, mouvement blasphématoire, a vite rejetée la véritable Parole de Dieu ainsi que sont Peuple Israël : prunelle de l’œil de Dieu, seul dépositaire des Saintes Écritures ; elle n’a pas non plus hésité à falsifier les ‘’10 commandements’’ en changent le 4ème.  L’Israël Messianique est donc tombé dans l’oublie, le peuple juif n’ayant plus de lieu de culte, c’est dispersé. Rome a décrétée que Dieu avait rejeté son peuple Israël et que ses bénédictions leurs revenaient maintenant à elle. Yeshoua est donc devenus ‘’Jésus-Christ’’, du grec ancien iesous christos.

Il existe néanmoins des preuves mettant en évidences des analogies troublantes entre le paganisme et la chrétienté.  Ces preuves sont hélas bien réelles, ont les trouves tout au long de l’histoire des civilisations, avant même la naissance d’Abraham. C’est ce que nous allons étudier dans la suite de ce texte.

 

"…Parce qu'ils n'ont pas reçu l'amour de la vérité pour être sauvés... C'est pourquoi Dieu leur enverra un esprit d'erreur, en sorte qu'ils croiront au mensonge." (2 Thess. 2 : 10-11)

 

- Ce qui suit sont des extrais tirés du très bon livre : « LES DEUX BABYLONE », d’Alexandre HISLOP, (1807 / 1862) pasteur protestant écossais.

La première édition de ce livre date de 1853. Une deuxième édition est parue aussi en 1916 et je voudrais faire remarquer au lecteur qu’à cette époque, même si le monde était en guerre, l’horreur du nazisme et l’extermination massive des juifs d’Europe n’avait pas encore eu lieu. L’idée de la création d’un état Israélien était loin de voir le jour ; la prophétie de la vallée des ossements desséchés (Ézéchiel 37) ne c’était pas encore réalisée. L’Islam n’avait pas encore envahie l’Europe et la pensée d’un conflit Israélo-palestinien n’était pas du tout envisageable. Le lecteur pourra aussi remarquer les analogies flagrantes entre l’église de Rome décrite dans ce texte et les mouvements chrétiens(ou églises) actuelles quelles qu’ils soient. 

Mr Hislop, pasteur protestant, a écrit ce livre loin de toute pensée Messianique. De ce fait on ne trouve aucune allusion à Israël et à sa place véritable dans le plan de Dieu ; son but étant surtout de dénoncer le culte blasphématoire de la fausse église de Rome, avec preuves historiques et Bibliques incontestables à l’appuie.

Ce qui est intéressant, c’est de reconsidérer cette œuvre à la lumière du XXI siècles tout en y incluent les données récentes concernent l’évolution des religions actuelles ainsi que notre entré dans les temps Messianiques. Que c’est il passait depuis plus d’un siècle ? La Rome papale corrompue et ces frères réformateurs existent toujours. Des églises dites Évangéliques ont fleurit un peut partout apportant un peut de modernité dans ce protestantisme stagnant, tandis que l’Islam continue à envahir le monde comptant le posséder un jour. Les fausses religions et sectes religieuses augmentent et se radicalisent.

 

« Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques et des abominations de la terre ».            (Apocalypse 17:5)

 

- La religion romaine et ceux qui y sont attachés de prés ou de loin ne sont pas les seules à faire partir cette grande Babylone, empire des fausses religions.Tous les autre mouvements religieux ne reconnaissant pas l’autorité du « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, et de son Messie Yeshoua » en font également partie.

Notre rôle est aussi et surtout d’avertir par tous les moyens, les véritables croyants sur leurs positions actuelles : ais-je choisis le bon Chemin ?  Quel Dieu je désir servir ?

 

 « Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait : Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. »(Apocalypse 18:4  ).

 

Qui est donc ce peuple sinon celui de (Hébreux 8 :10). « Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple. »

 

Ces prophéties des derniers temps ne sont pas à prendre à la légère. Que ceux qui fréquentent l’église actuelle et les mouvements qui lui sont affiliés sachent bien que lorsqu’ils prient Jésus, ce n’est pas à Yeshoua HaMashiah (le véritable Messie) qu’ils adressent leurs supplications mais à une idole païenne, fruit de la volonté de certains hommes et de celui qui est leur Maitre : Satan lui-même. « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. »(Jean 8 :44).

Il est incontestable que Satan soit le prince de ce monde, nous lui appartenons tant que nous n’appartenons pas au Véritable Seigneur. Dieu désapprouve l’église actuelle qui est un blasphème à ses yeux ; mais il aime les hommes et les femmes sincères qui veulent le servir et feras en sorte de les attirer à Lui.

Dieu nous offre le Salut et la vie Éternelle par l’entremise de son Fils : le Messie Yeshoua, mais pour cela nous devons d’abord faire un choix : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple… » Ou alors « …prendre part à ses fléaux… et être consumé par le feu avec elle… »

 J’espère sincèrement qu’après la lecture de ces textes, beaucoup, avec l’aide de l’Esprit-Saint, seront amenés à réviser leur position sur le sujet et à prendre les bonnes décisions.

 « ..Que celui qui à des oreilles entendent….. »

 

Introduction.

 

     Identité de l'Église romaine et du culte de Nemrod et de Sémiramis.

 

- Il y a une grande différence entre les œuvres des hommes et les œuvres de Dieu : le même examen minutieux et approfondi qui dévoile les défauts et les imperfections des unes, dévoile aussi les beautés des autres. Examinez au microscope l'aiguille la mieux polie par l'industrie de l'homme, vous y verrez bien des inégalités, bien des rugosités, bien des aspérités. Mais, examinez de la même manière les fleurs de nos champs ; le résultat est bien différent. Au lieu de voir diminuer leurs beautés vous en découvrirez de nouvelles et de plus délicates encore qui avaient échappé au simple regard ; elles nous font apprécier, à un point de vue que nous n'aurions pas soupçonné, le sens profond de ces paroles du Seigneur : "Apprenez comment croissent les lis des champs : ils ne travaillent ni ne filent, et cependant je vous dis que Salomon même dans toute sa gloire n'a point été vêtu comme l'un d'eux" (Math. 6). La même loi se manifeste aussi quand on compare la Parole de Dieu aux œuvres les plus parfaites de l'homme. Il y a des taches et des imperfections dans les productions les plus admirées du génie humain. Mais, plus on sonde les Écritures, plus on les étudie avec attention, plus on voit leur perfection ; on y aperçoit chaque jour de nouvelles beautés, et les découvertes de la science, les recherches des savants, les travaux des incrédules, tout conspire à la fois pour faire resplendir la merveilleuse harmonie de toutes leurs parties et la divine beauté qui en revêt l'ensemble.

S'il en est ainsi pour l'Écriture en général, on peut surtout le dire de l'Écriture prophétique. À mesure que se déroulent les plans de la Providence, les symboles prophétiques prennent des aspects plus beaux et plus audacieux. C'est surtout le cas pour le langage des prophètes qui forme la base et la pierre angulaire de notre travail. Aucun protestant éclairé n'a eu de peine à identifier la femme assise sur les 7 montagnes et portant au front cette inscription : "Le Mystère, la Grande Babylone" avec l'apostasie Romaine. Rome, seule entre toutes les villes du monde, a été fameuse à cause de sa situation sur 7 collines. Les poètes et les orateurs païens qui ne songeaient point à expliquer la prophétie, l'ont aussi appelée la cité aux 7 collines. Voici comment Virgile en fait mention : "Seule Rome est devenue la merveille du monde et seule dans son enceinte elle renferme 7 collines. " Properce en parle aussi de la même manière et ajoute un nouveau trait qui complète la description de l'Apocalypse : "la haute cité bâtie sur 7 collines qui gouverne le monde entier ". Ces mots : "gouvernant le monde entier" sont exactement la contrepartie de la déclaration divine : "Elle règne sur les rois de la terre" (Apoc. 17, 18). Appeler Rome, "la cité aux 7 collines", était pour ses citoyens aussi caractéristiques que de la désigner par son propre nom […]

 

- L’église romaine à évidement des origines Babyloniennes, c’est le caractère de mystère qui est particulier aux systèmes de la Rome moderne et de l’ancienne Babylone. Le prodigieux système de corruption morale et d’idolâtrie, dépeint sous l’emblème d’une femme qui tient à la main une coupe d’or (Rev. 27 :4) et qui enivre toutes les nations du vin de son impudicité est divinement appelé « mystère la grande Babylone » (27 :5) Tout homme sincère qui examine soigneusement ce sujet, ne peut douter que le mystère d’iniquité décrit par Paul dans (2 thess 2 :17) n’ait sa contre partie dans l’église de Rome.(et l’Église en générale)[…]

   Sans titre 001. En 1825, en effet, à l'occasion  du Jubilé, le pape Léon XII fit frapper une médaille portant d'un côté sa propre image et de l'autre l'Église de Rome symbolisée par une femme qui tient à la main gauche une croix et de l'autre une coupe avec cette légende : "Sedet super universum ", elle a pour siège le monde entier.   

 

Son jugement approche, cela est évident; et à mesure qu'il approche, la Providence divine, d'accord avec la Parole de Dieu, démontre de plus en plus clairement qu'en effet Rome est la Babylone de l'Apocalypse; que le caractère essentiel de son système, ses grands objets de culte, ses fêtes, sa doctrine, sa discipline, ses rites et ses cérémonies, sa prêtrise et ses ordres sont tous dérivés de l'antique Babylone, et qu'enfin le Pape lui-même est vraiment le descendant de Belshazzar. Dans la lutte qui a été soutenue contre les despotiques prétentions de Rome, on s'est trop souvent contenté de combattre et de repousser la présomption avec laquelle elle se vante d'être la mère et la maîtresse de toutes les Églises, la seule Église Catholique hors de laquelle il n'y a point de salut. Si jamais on a été excusable de la traiter ainsi, cette excuse n'existera plus. Si l'on peut justifier le principe que je viens d'établir, il faut lui arracher tout à fait son nom d'Église Chrétienne, car si c'est une Église du Christ, celle qui était assemblée cette nuit où le roi pontife de Babylone, au milieu de ses mille seigneurs, "louait les dieux d'or et d'argent, de bois et de pierre" (Daniel 5 : 4), alors l'Église de Rome a le droit de porter le nom d'Église Chrétienne; dans le cas contraire, elle ne l'a pas ! […]

 

- Ce (ou son) but était de soumettre tout le genre humain d'une manière aveugle et absolue, à une hiérarchie qui dépendait entièrement des souverains de Babylone. À cet effet, toute la science sacrée et profane fut monopolisée par le clergé qui la distribuait à ceux qu'il initiait aux Mystères, selon que le demandaient les intérêts de son grand système de despotisme spirituel. C'est ainsi que partout où se propagea le système Babylonien, les hommes furent livrés à la domination des prêtres. Ceux-ci étaient les seuls dépositaires des connaissances religieuses, seuls ils avaient la vraie tradition par laquelle on devait interpréter les rites et les symboles de la religion du peuple, et sans une soumission aveugle et entière, les prêtres refusaient de faire connaître ce qui était nécessaire au salut. Comparez cela avec les origines de la Papauté, avec son esprit et son "modus operandi" à travers tout son développement, et vous verrez combien la ressemblance est exacte. Était-ce à une époque de lumière patriarcale que naquit le système corrompu des Mystères Babyloniens ? Non. Or ce fut à une époque de lumières encore plus grandes que commença le système impie et anti scripturaire, qui a trouvé un développement si marqué dans l'Église romaine. Il fut introduit du temps même des apôtres, alors que l'Église primitive était encore dans sa fleur, que l'on pouvait voir partout les fruits glorieux de la Pentecôte, et que les martyrs scellaient, de leur sang, leur témoignage à la vérité. Même à cette époque où l'Évangile brillait d'une lumière si vive, l'esprit de Dieu fit entendre, par la bouche de Paul, cette déclaration si distincte et si claire :   "Le Mystère d'iniquité agit déjà." (II Thess. 2: 7) […]

Le pouvoir clérical de la prêtrise romaine a atteint son apogée dans l'institution du confessionnal. Cette institution a été empruntée à Babylone. La confession demandée aux sectateurs de Rome est entièrement différente de celle que nous recommande la Parole de Dieu. L'Écriture nous dit à ce sujet : "Confessez vos fautes les uns aux autres." (Jacques 5 : 46). Ce qui implique que le prêtre doit se confesser au peuple comme le peuple au prêtre, s'il arrive que l'un ait péché contre l'autre. Ces paroles n'auraient jamais pu servir à aucun prétexte de despotisme spirituel, aussi Rome, abandonnant la parole de Dieu, a eu recours au système Babylonien. Dans ce système la confession secrète au prêtre, selon une formule usitée, était exigée de tous ceux qui étaient admis aux Mystères ; et l'initiation ne pouvait se faire qu'après cette confession […]

(Suite part2).

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

leo 11/09/2016 18:29

frère merci pour ton article. Mais J'ai une question. Quand fut fait la 1ere traduction du nom Yeshoua a son équivalent en Grec? Comment cela s'est-il produit?

Rabbi fAUSTIN 08/08/2016 15:19

Shalom en cote d'ivoire nous avons reglés le problème en restaurant la Bible;voir sur youtube :la dedicace la bible restaurée par les limmoudim de rabbi YESHOUAH HA MASHIAH cordialement shalom que ADONAI notre ELOHIM vous garde en sont fils YESHOUAH HA MASHIAH.

Messianisite 16/06/2016 19:17

- Au sixième mois, le messager Gabriél est envoyé par Elohîms dans une ville de Galil nommée Nasèrèt, vers une nubile fiancée à un homme.
Son nom: Iosseph, de la maison de David. Nom de la nubile: Miriâm.
Le messager entre près d’elle et lui dit: « Shalôm, toi qui as reçu la paix ! IHVH-Adonaï est avec toi !»
Elle, à cette parole, s’émeut fort et réfléchit: cette salutation, que peut-elle être ?
Le messager lui dit: « Ne frémis pas, Miriâm !
Oui, tu as trouvé chérissement auprès d’Elohîms. Voici, tu concevras dans ta matrice et enfanteras un fils. Tu crieras son nom: Iéshoua‘. Il sera grand et sera appelé Bèn ‘Éliôn fils du Suprême.
IHVH-Adonaï Elohîms lui donnera le trône de David, son père. Il régnera sur la maison de Ia‘acob en pérennité, sans fin à son royaume. »

Loucas (Luc) 1:31. Selon la version de la Bible Chouraqui qui est une des plus proche de l'original.
Rendons à César ce qui est César, et à Dieu ce qui est à Dieu....
Amen...

shalom 16/06/2016 11:36

que ce qui ont des oriel entend ce que la parole dit.http://enovavida.eklablog.com/yeshua-ha-mashiah-est-le-veritable-nom-de-jesus-le-messie-a58780785

rirukasa 12/06/2016 14:38

Que ce soit Jésus-Christ ou Yeshoua, ne pensez-vous pas que YHWH regarde le coeur de ceux qui le prient? Comme le brigand qui était près de lui sur la croix qui de toute évidence n'était pas "juste" pourtant son amour pour Yeshoua a fait que Yeshoua l'a approuvé pour qu'il soit sauvé... Je ne sais pas... J'ai connu Yeshoua pour la première fois en tant que Jesosy Kristy (en malgache) et ensuite Jésus-Christ quand le temps passait, mais je peux vous dire que ça soit en tant que Jesosy ou Jésus, le Seigneur a toujours écouté mes prières et a toujours marqué d'une certaine manière sa présence et son amour à une personne aussi malchanceuse et dégueulasse que moi. Mais bon, YHWH est infiniment grand qu'il sonde tous les coeurs, suffisamment pour savoir si celui qui prie en tant que Jésus a un coeur humilié ou que celui qui prie en tant que Yeshoua a un coeur orgueilleux...

Présentation

  • : MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • : Un site pour les Croyants Messianiques et pour tous ceux qui recherchent la Vérité.La Parole de Dieu nous enseigne que le monde tel qu’il est, est destiné à une fin et un jugement, nul ne doit l’ignorer. Le Salut est pour tous, sans exceptions. Mais pour cela, un retour aux racines de la Foi est nécessaire. Ces racines prennent naissance dans les livres de la Thora et se prolongent dans les Évangiles. Ne refusons pas la main tendue par notre Adon Yeshoua, bientôt il sera trop tard.
  • Contact

Véritables Croyants.

« Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! Et ne faites vous pas ce que je dis ? » (Luc 6:46.) 

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Mathieu 7 :21).

- Quelle est donc cette volonté que Jésus (Yeshoua) veut nous voir accomplir ?

- Un très grand nombre de Croyant (ou Chrétien) pense qu’il suffit de croire pour être sauvé. Pourtant ce n’est pas ce que la Parole de Dieu nous enseigne. Il faut croire, certes, mais ce n’est pas suffisant, il faut aussi mettre la Parole de Dieu en pratique. Pour cela il faut bien connaitre les Ecritures, les étudier, les comprendre et les pratiquer.


- C’est ce que se modeste Blog va s’efforcé de faire !

Recherche