Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

L’ANTITRISTE

 

 

Il y avait des ans, des semaines,

Que je traînais l’âme en peine,

Que dans ma vie il faisait froid

Et que mes jours étaient sans joie.

 

Les yeux cernés, le teint blême,

N’étant que l’ombre de moi-même.

Triste comme un oiseau en cage,

Sans aucun sourire sur mon visage.

 

Les bonnes gens intentionnés

Me lorgnées, l’air désintéressé

En se disant : « mais tu as vu,

Ce type là, il est foutu ! »

 

Concevant alors qu’ici bas

Je ne comptais même pas :

Je repartis sur mon nuage

Attendre la fin du voyage.

 

Puis un jour je t’ai rencontré

Et c’est là que tout a changé.

Tu disais, je me souviens bien :

« Je suis la Vérité, le Chemin, 

 

Je suis la Vie et bien plus aussi,

Puis avec moi tout est gratuit. »

« Si tu es las et fatigué, du repos

Tu en auras plus qu’il n’en faut ! »

 

« Du monde je suis la Lumière,

Avec moi plus de misères. »

« Car mon joug et doux tu sais

Et mon fardeau très très léger.

 

« Laisse ton vin aux tonneaux ! »

« Vient ici boire de mon eau

Et tu ne seras plus assoiffé,

Même au plein cœur de l’été. 

 

« Écoute ce que je vais te dire,

Ma parole, tu devras la lire

Et toutes mauvaises pensées,

Mets les bien vite de cotés ! »

 

Soudain j’ai eu comme un éclair

Réalisant ce que j’étais sur terre.

Grâce à ces bons propos séduit,

Moi, sans hésiter je t’ai suivi !

 

Le lendemain en me réveillant

Tout joyeux et tout content,

Le cœur bondissant de joie

De se retrouver toi et moi.

 

Dés lors à grands pas j’avance

Sur le chemin de la délivrance,

Car j’ai compris que mes péchés,

A ta croix me sont pardonnés.

 

Néanmoins qu’a celas je retienne

Cette réalité qui c’est fait mienne :

- Depuis que dans ma vie tu existes

Voit ! Tu as fait de moi un Antitriste !

 

Toi dont le nom glorieux et Yeshoua’

 

   Amen.

 


 

    A LA PORTE

 

    (Hébreux 3 :15)

 

Quelqu’un frappe à la porte,

A la porte de mon cœur,

Quelqu’un frappe à la porte,

Est-ce toi Seigneur ?

 

Vois, je ne suis pas digne

De te faire entrer ici,

Mais fais-moi juste un signe

Et alors je serai guéri.

 

Dans le fracas de ce monde

Où l’on ne distingue plus,

Entre le bruit des bombes,

Le cri des enfants battus,

 

Pendant que de peur tressaillent,

Les gens de toutes nations

Et que d’autres, à la bataille

Sont prêts, pour Armageddon,

 

Quelqu’un frappe à la porte,

A la porte avec ardeur,

Si tu entends sa voix

N’endurcis pas plus ton cœur.

 

Il n’est pas là par hasard,

Yeshoua te fait la faveur

D’être sauvé par la foi,

 

Alors viens, vois et crois :

Demain il sera trop tard.

 

 

 

   CROIRE

 

   (Heb.11 :1.)

 

 

Crois sans voir,

Crois sans vouloir,

Sans vouloir savoir

D’ou vient la gloire.

 

Crois sans vouloir,

Vouloir savoir,

Par quel pouvoir

Dieu fait pleuvoir.

 

Mais croire sans voir,

Il faut pouvoir,

Pouvoir vouloir

Le concevoir.

 

Et si tu crois,

Crois sans le voir,

Ainsi la foi

Viendra en toi.

 

N’est il pas dit :

Selon l’Ecrit,

Le juste par la foi,

Celui-là vivra !

 

La confiance dans la foi

C’est la ferme assurance,

Des choses qu’on espère

Et que l’on ne voit pas.

 

 

 

 

   DONNE TA VIE

     (Jean 15 :7/17. )

 

 

Donne ta vie,

Ouvre ton cœur,

Il ne faut surtout

Pas que tu meures ;

D’autres ont besoin de toi

Comme moi j’ai besoin de toi !

 

Donne ta vie

Pour ceux que tu aime ;

A quoi servirais-tu

Si tu n’étais plus là ?

 

Car, c’est vrai, il n’y a pas

Plus grand Amour sur terre

Que de donner sa vie

Pour ceux que l’on aime,

Mais donner sa vie

Ne signifie pas mourir.

Mort, on ne sert plus à rien.

 

Mais passer son existence

A aider son prochain,

A l’aimer, le servir

Partager avec lui

Les joies, les souffrances.

Faire de sa vie celle des autres,

Ne plus penser que pour soi.

 

A quoi sert un moulin,

S’il n’y a pas de vent ?

Sans farine dans un pétrin

Comment faire du pain ?

 

Certains ont donné leur vie

Pour que vive la France ;

Dans n’importe quel pays

On voit la même ignorance.

 

« Mais comme le Père m’a aimé,

Je vous ai aussi aimés.

Demeurer dans mon Amour

Garder mes commandements toujours. »

 

 

 

« Ce n’est pas vous qui m’avez choisi ;

Mais moi, je vous ai choisis,

Je vous ai établis, afin que vous alliez,

Et que vous portiez du fruit,

Et que votre fruit demeure bon,

Afin que ce que vous demanderez

Au Père, il vous le donne, en mon nom. »

 

« Ce que je vous commande, donc,

C’est de vous aimer les uns les autres. »

 

 

 

 

  LE PETIT OISEAU

 

 

- Un petit oiseau

Dans les branches,

Sifflait une chanson,

Pendant que le soleil

Pointait à l’horizon.

 

« Petit oiseau,

C’est dimanche

Et pas une raison

Pour me réveiller

De cette façon !

J'ai sommeil tu sais ;

Mais dis-moi pourquoi

As-tu donc autant de joie ? »

 

- Alors l'oiseau m'a raconté

Que, pendant qu’il volait,

Tombant tout droit des nues

Le Bon Dieu lui apparut

En disant :

« Petit oiseau, va dire aux humains

Que tout va changer demain,

Plus de pauvres ni de misère,

Plus de morts, plus de guerre

Voilà l'amour qui revient,

Un monde nouveau est en chemin ! »

 

« Petit oiseau dans les branches

Continue donc ton chant,

Même si c’est dimanche

J'ai plus sommeil maintenant !

Envole-moi avec toi,

Tout en haut des bois

Porter la bonne nouvelle.

Ne m'abandonne pas,

Vois, je me sens pousser des ailes ! »

 

- A peine étais-je dans les airs,

Volant au-dessus de la terre,

Que dans mon lit

Je me suis retrouvé,

Réalisant ainsi

Que je venais de rêver.

 

- Déçu, je me suis levé pour de bon.

Chemin faisant, dans la forêt,

Tandis que le soleil montait à l'horizon

Dans les branches, un petit oiseau chantait….

 

 

 

 

   LE TEMPS QUI PASSE…

         

 

Oui c'est bien une hirondelle

Que j'ai vu traverser le ciel,

Les premiers rayons de soleil

Rendent l'hiver à son sommeil.

 

La neige qui, hier encore,

Couvrait la cime des sapins

D’un doux reflet multicolore,

N'est plus que boue sur le chemin.

 

Je n'entends plus, c'est dommage,

Le vent roulant dans le vallon,

Venant disperser les nuages

Qui obscurcissaient l'horizon.

 

Perdue au milieu des bruyères

A quatre pas de ma maison,

Se faufilant entre les pierres,

La source a repris sa chanson.

 

Sur les arbres au bord des routes,

Naissent les premiers bourgeons ;

Et les lilas sans aucun doute,

Dans quelques jours fleuriront.

 

Ce que j’ai fait l’année dernière,

Déjà je ne m’en souviens plus ;

Que sommes-nous sur cette terre :

Une vapeur, un peu, vite disparue.

 

 

Du monde, la convoitise passe

Quand périt le chant des saisons.

Seigneur, que Ta volonté se fasse

Pour que tous à jamais, nous vivions…

 

      

 

 

  LUMIERE DU MONDE.

       (Hanoukka.)

        ( Jean 8 :12 )

 

 

Lumière du monde

Éblouis-moi,

A chaque seconde,

En Mille feux de joie.

 

Éclaire ma route

D’un soleil radieux,

Ne laisse plus le doute

Me rendre malheureux.

 

Lumière du monde

Où que je sois,

Dans la nuit profonde

Tu m’éclaireras.

 

Ne laisse pas non plus

Sur moi l’obscurité,

Comme au tout début

De nouveau retomber.

 

O donne-moi la main

Pour qu’à chaque instant,

Lorsque j’en ai besoin,

Mon pas aille de l’avant.

 

Lumière du monde,

Chasse les ténèbres qui

Partout nous inondent

Et notre cœur endurcit.

 

 

 

 

 UN FEU DE CAMP.

 

 

Comme un feu de camp

Dans la nuit,

O Yeshoua,

Réchauffe nos cœurs,

Et luit sur nos vies.

 

Que par ces ardeurs

Qui montent en ce lieu,

S’élève vers toi

Un chant mélodieux.

 

Consume dans la braise

Tous nos péchés,

Nos pensés mauvaises

Brûle-les à jamais !

 

A la douce chaleur

D’une flamme légère

Fais que sèche les pleurs.

Mets dans nos yeux ta lumière.

 

Fais porter nos vies

Pareil à un flambeau,

Que le monde brille

De ces hommes nouveaux.

 

Comme un feu de camp

Qui pourrait bien s’éteindre,

O Yeshoua,

Ne laisse pas Satan

Essayer de l’atteindre.

 

 

                                                                                                                                                                                                                                           

Partager cette page

Repost 0

Présentation

  • : MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • : Un site pour les Croyants Messianiques et pour tous ceux qui recherchent la Vérité.La Parole de Dieu nous enseigne que le monde tel qu’il est, est destiné à une fin et un jugement, nul ne doit l’ignorer. Le Salut est pour tous, sans exceptions. Mais pour cela, un retour aux racines de la Foi est nécessaire. Ces racines prennent naissance dans les livres de la Thora et se prolongent dans les Évangiles. Ne refusons pas la main tendue par notre Adon Yeshoua, bientôt il sera trop tard.
  • Contact

Véritables Croyants.

« Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! Et ne faites vous pas ce que je dis ? » (Luc 6:46.) 

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Mathieu 7 :21).

- Quelle est donc cette volonté que Jésus (Yeshoua) veut nous voir accomplir ?

- Un très grand nombre de Croyant (ou Chrétien) pense qu’il suffit de croire pour être sauvé. Pourtant ce n’est pas ce que la Parole de Dieu nous enseigne. Il faut croire, certes, mais ce n’est pas suffisant, il faut aussi mettre la Parole de Dieu en pratique. Pour cela il faut bien connaitre les Ecritures, les étudier, les comprendre et les pratiquer.


- C’est ce que se modeste Blog va s’efforcé de faire !

Recherche