Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 19:16

De l’Ambassade Chrétienne Internationale à Jérusalem http://fr.icej.org/news/special-reports/migdal-eder

 

Par Dr. Juergen Buehler

clip_image001

Une tour semblable à la Tour du Troupeau

d’où les animaux destinés au Temple étaient surveillés nuit et jour

> Une des déclarations les plus importantes concernant la naissance du Christ rapportée dans les récits bibliques est la proclamation de l’ange aux bergers qui se trouvaient dans les champs près de Bethléhem :

> « Ne craignez point ; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d’une grande joie : c’est qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. Et voici à quel signe vous le reconnaîtrez : vous trouverez un enfant emmailloté et couché dans une crèche. » (Luc 2.10-12).

clip_image002

> Ce fut la première annonce de l’evangelion, la Bonne Nouvelle de l’Evangile rédempteur de Jésus-Christ. Il est remarquable de voir que cette première déclaration faite aux Israélites en dehors de la famille proche de Jésus n’a pas été donnée aux responsables religieux ou politiques d’Israël, mais à des bergers qui veillaient sur leurs troupeaux.

> Les champs des bergers situés à la périphérie de Bethléhem jouent jusqu’à ce jour un rôle central dans les célébrations de Noël en Terre Sainte. Un nombre incalculable de touristes ont visité les champs qui séparent Bethléhem de Jérusalem. L’historien Eusèbe a fait le lien entre ces champs et un lieu biblique exceptionnel du nom de Migdal Eder, qui signifie « Tour du troupeau ».

> La première mention de Migdal Eder dans la Bible se trouve dans le verset de Genèse 35.21 qui rapporte que Rachel mourut après avoir donné naissance à Benjamin, le plus jeune fils de Jacob : « Israël partit ; et il dressa sa tente au-delà de Migdal-Eder. »

> Cette région du voisinage de Bethléhem est aussi mentionnée dans les écrits talmudiques. Selon le Talmud, tous le bétail qui se trouvait dans les environs de Jérusalem « jusqu’à Migdal Eder » était considéré comme saint et sacré et ne pouvait être utilisé que pour les sacrifices du Temple, particulièrement pour les offrandes de paix et de la Pâque. Il existait donc un périmètre sacré autour de la cité de Jérusalem.

> Les bergers de Bethléhem qui ont les premiers entendu la Bonne Nouvelle de la part des anges n’étaient donc pas des bergers ordinaires. Ils assuraient en effet une fonction pour les sacrifices du Temple, sous l’alliance de Moïse qui préfigurait la nouvelle alliance.

> Et voilà que ces hommes se trouvaient confrontés à la réalité de la lumière éternelle qui était le but de leur ministère depuis tous ces siècles, et qui annonçait une ère nouvelle de salut !

> Le prophète Michée fait également mention de Migdal Eder : « Et toi, tour du troupeau, colline de la fille de Sion, à toi viendra, à toi arrivera l’ancienne domination, le royaume de la fille de Jérusalem. » (Michée 4.8).

> En s’appuyant sur cette prophétie, des auteurs juifs éminents avaient conclu, dans le Midrash, que c’était à Migdal Eder, parmi tous les autres lieux possibles, que l’arrivée du Messie serait annoncée en premier.

> Ainsi, lorsque les anges sont apparus cette nuit-là aux bergers dans les champs près de Bethléhem, ce n’était pas juste une annonce de la Bonne Nouvelle à de simples bergers. C’était un signe prophétique fort pour tout Israël. La nouvelle de ce qui s’est passé cette nuit-là a dû se répandre comme une traînée de poudre dans les villages voisins.

> Luc rapporte : « Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été dit au sujet de ce petit enfant. Tous ceux qui les entendirent furent dans l’étonnement de ce que leur disaient les bergers. » (Luc 2.17-18).

> Qu’est ce que tout cela veut dire pour nous ?

> 1) D’abord qu’il est bon que l’Eglise sache que la naissance de Jésus ne s’est pas produite en vase clos, mais dans un contexte entièrement juif. Lorsque le Christ est venu en chair, il est né d’abord et surtout pour le peuple juif, pour étendre ensuite ses bénédictions à tous les hommes.

> Bien que la célébration de la naissance du Christ soit devenue une fête marquée presque exclusivement par l’église des nations, il est important pour nous de la replacer dans son contexte historique et biblique, en tant que message destiné à apporter une espérance à Israël.

> Comme le prophétise Zacharie lors de la naissance de Jean-Baptiste, tout cela est arrivé car « c’est ainsi qu’Il manifeste sa miséricorde envers nos pères et se souvient de sa sainte alliance, selon le serment qu’Il avait juré à Abraham, notre père… » (Luc 1.72).

> 2) Deuxièmement, et dès le moment où Jésus est entré dans le monde, il a été fait allusion à la raison ultime de sa venue. Les bergers étaient ceux qui prenaient soin des animaux qui étaient offerts dans le Temple – particulièrement pour les sacrifices de la Pâque.

> Ces mêmes bergers sont ceux qui ont reçu l’annonce de la naissance de l’ultime sacrifice, qui allait enlever le péché non seulement d’Israël mais du monde entier. Trente-trois ans plus tard, il n’y avait plus besoin de sacrifices car tous ceux qui ont crû en Lui ont été « sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus-Christ, une fois pour toutes. » (Hébreux 10.10).

> 3) L’annonce angélique a donné à ces simples bergers une profonde révélation de ce qu’allait être ce Messie. Il avait été annoncé à la fois en tant que Roi (né dans la cité de David) et en tant que Prêtre. Il allait être à la fois Christ et Seigneur, fils de l’homme mais aussi fils de Dieu. Il allait être le sauveur de l’humanité mais aussi le berger de tous ceux qui suivraient sa voix.

> Ce fut vraiment une bonne nouvelle que les anges ont proclamée, jadis, en cette nuit-là. Mais comme c’était le cas pour les bergers, la connaissance seule de cette nouvelle ne suffit pas. Les bergers ont dû agir. Ils sont allés personnellement voir cet enfant, puis ils ont publié la nouvelle de sa naissance partout où ils pouvaient.

> Suivons l’exemple des bergers et consacrons notre vie tout à nouveau à ce grand sauveur né à Bethléhem. Il est le berger de notre âme (1 Pierre 2.25) ; il est mort pour nos péchés et nous rachète pour que régnions avec Lui pour l’éternité ! C’est vraiment une très Bonne Nouvelle !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • MESSIANISITE. La Vérité sur le Messie YESHOUA.
  • : Un site pour les Croyants Messianiques et pour tous ceux qui recherchent la Vérité.La Parole de Dieu nous enseigne que le monde tel qu’il est, est destiné à une fin et un jugement, nul ne doit l’ignorer. Le Salut est pour tous, sans exceptions. Mais pour cela, un retour aux racines de la Foi est nécessaire. Ces racines prennent naissance dans les livres de la Thora et se prolongent dans les Évangiles. Ne refusons pas la main tendue par notre Adon Yeshoua, bientôt il sera trop tard.
  • Contact

Véritables Croyants.

« Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! Et ne faites vous pas ce que je dis ? » (Luc 6:46.) 

« Ceux qui me disent : Seigneur, Seigneur ! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui–là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. » (Mathieu 7 :21).

- Quelle est donc cette volonté que Jésus (Yeshoua) veut nous voir accomplir ?

- Un très grand nombre de Croyant (ou Chrétien) pense qu’il suffit de croire pour être sauvé. Pourtant ce n’est pas ce que la Parole de Dieu nous enseigne. Il faut croire, certes, mais ce n’est pas suffisant, il faut aussi mettre la Parole de Dieu en pratique. Pour cela il faut bien connaitre les Ecritures, les étudier, les comprendre et les pratiquer.


- C’est ce que se modeste Blog va s’efforcé de faire !

Recherche